L’intégration universitaire est différente de l’universitarisation qui est un processus ayant pour objectif à ce que la formation en masso-kinésithérapie se retrouve dans l’université. On distingue trois type d’intégrations universitaires : la convention tripartite, l’intégration fonctionnelle et l’intégration organique. Il est important de comprendre que ce n’est pas forcément un système linéaire.

La convention tripartite va lier la région, l’université et l’IFMK. Cette convention est obligatoire depuis 2015. Le dernier état des lieux de 2019 indique que seulement 57% des IFMK ont signé cette convention, ce qui est très faible. Un état des lieux va être effectué cette année pour savoir où nous en sommes deux ans plus tard. La convention tripartite permet d’établir des liens et notamment l’accès aux services pour les étudiants en kinésithérapie.

L’intégration fonctionnelle, c’est lorsque l’IFMK va fonctionner avec l’université. Cela se manifeste notamment par le fait que les étudiants auront accès au service de l’université et du CROUS. Cela peut aussi être la mise en place de cours mutualisés ou bien dispensés par l’université. On peut très bien cadrer directement une organisation organique sans passer plusieurs années dans une intégration fonctionnelle.

Ce mode n’est pas nécessairement le prolongement de l’intégration fonctionnelle. L’intégration organique, c’est lorsque l’Institut de Formation en Masso-Kinésithérapie n’existe plus en tant qu’entité indépendante. Il y a alors création ou rapprochement d’une Unité de Formation et de Recherche (UFR) notamment avec les UFR Santé. L’université est alors chargée de l’intégralité de la formation en kinésithérapie.

Attention cependant, parfois l’intégration fonctionnelle peut être plus avantageuse pour les étudiants qu’une intégration organique. On peut notamment penser aux frais universitaires (170€) qui ne sont pas forcément appliqués dans une intégration organique. L’intégration organique ne veut pas forcément dire intégration immobilière. Les avantages de l’intégration organique vont être notamment l’intégration des études en kinésithérapie dans le système université de Licence-Master-Doctorat (LMD) avec la possibilité de doubles cursus et d’une diplomation Master en supplément du DE.