Aide financière : preuve d’une grande précarité des étudiants en masso-kinésithérapie

Depuis le début de la crise sanitaire, la santé mentale des étudiants est mise à rude épreuve par le bouleversement de leur vie professionnelle et personnelle. Les confinements et couvre-feux successifs ont diminué les interactions sociales, mais aussi les possibilités d’emplois qui étaient indispensables à certains d’entre eux.


Le 22 Février 2021, le Conseil National de l’Ordre des Masseurs-Kinésithérapeutes (CNOMK) débloque 40 000 euros pour venir en aide aux étudiants par l’intermédiaire de la Fédération Nationale des Étudiants en Kinésithérapie (FNEK). Un cahier des charges définissant les conditions d’éligibilité a été réalisé, puis voté, au dernier congrès de la FNEK ; le montant maximal de l’aide est fixé à 200€ par étudiant afin de pouvoir aider un maximum de personnes. Au cours de la mise en place du projet, le CNOMK a déclaré qu’il pourrait augmenter la somme de cette aide en fonction de la demande.


Hier, un groupe de travail créé pour ce projet s’est réuni pour distribuer cette aide. Une somme d’environ 65 000€ sera dispensée, durant les prochains jours, aux 335 étudiants ayant déposé un dossier complet. Cet apport financier pourra leur permettre de répondre à des besoins primaires comme : se nourrir, se loger, se soigner ; il pourra aussi servir à l’achat de matériel nécessaire pour suivre une formation en distanciel. 

La FNEK est heureuse d’avoir travaillé main dans la main avec le CNOMK pour soutenir les étudiants en masso-kinésithérapie. Notre travail pour préserver le bien-être ainsi que la santé mentale se poursuit par la construction d’un événement de formation destiné aux personnes souhaitant devenir acteur relais de la santé mentale dans leur Institut de Formation en Masso-Kinésithérapie (IFMK).


Pour rappel, l’une des problématiques spécifiques à la formation de masso-kinésithérapie est les frais de scolarité qui peuvent dans certains instituts avoisiner les 9000€ par an. 30% des étudiants en kinésithérapie ont un prêt étudiant contre 4% des étudiants en France d’après le Questionnaire des conditions de vie des étudiants (QCVE), publié en septembre 2020 par la FNEK. La somme considérable dédiée à ces frais s’ajoute aux difficultés rencontrées par les étudiants durant cette crise sanitaire. 


La précarité étudiante est et s’impose comme un vrai enjeu sociétal. 


Des étudiants de l’ensemble du territoire métropolitain et de Martinique nous ont sollicités pour cette aide. À l’approche des élections régionales, la FNEK invite les candidats à établir une réflexion sur les frais de scolarité des formations sanitaires et sociales et plus globalement sur la précarité étudiante au sein de leur territoire.