Grade Master : les kinés en ont pour leur Grade

Hier soir, lors d’un échange avec les professionnels et les étudiants en masso-kinésithérapie, Olivier Véran a annoncé l’obtention du Grade Master pour les prochains diplômés.

La formation et la profession de masso-kinésithérapie ont énormément évolué. Anciennement, les masseurs-kinésithérapeutes diplômés d’Etat (MKDE) passaient par 3 années au sein d’un institut de formation en masso-kinésithérapie (IFMK). Suite à la réingénierie de la formation, la durée d’études en IFMK est passée de 3 à 5 ans (4 ans en IFMK précédée d’une année universitaire). Les étudiants en masso-kinésithérapie sont donc éligibles au Grade Master depuis 2015 comme le démontre la contribution à ce sujet, publiée en 2020 par la Fédération Nationale des Etudiants en Kinésithérapie (FNEK).

La FNEK se positionne pour l’obtention du Grade Master et travaille en ce sens auprès du Ministère de la Santé et du Ministère de l’Enseignement Supérieur, depuis 2005. La reconnaissance de nos 5 années d’études dont notre première année universitaire, qui n’était pas prise en compte lors de l’obtention du diplôme d’État, aura un impact non négligeable sur l’avenir de la profession. Cela nous permettra de poursuivre plus facilement nos études vers un doctorat et pourrait nous amener à une intégration universitaire pleine et entière de notre formation. Elle ouvre le champ des possibles pour les étudiants et les MKDE en favorisant l’accès à la recherche et l’expertise au sein du domaine de la masso-kinésithérapie. Dans une situation sanitaire où les professions de rééducation prennent leur juste place, dans un monde où les séquelles de la COVID se retrouvent dans les cabinets, cette perspective permettra d’améliorer la prise en charge de nos patients.

C’est une victoire pour les étudiants en masso-kinésithérapie qui reste cependant incomplète. Malheureusement, le master ne sera délivré qu’aux étudiants ayant obtenu leur diplôme à partir de 2021. Une certaine injustice perdure pour les MKDE ayant fait 5 années d’études avant 2021.

La FNEK salue tout de même le Ministère des Solidarités et de la Santé (MSS) et le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation (MESRI) pour la reconnaissance de notre formation et de notre profession et nous espérons que cette avancée n’est que la première d’une longue liste à venir.