Pays de la Loire : une décision politique forte en faveur d’une plus grande justice sociale

Le 2 octobre 2019, la FNEK annonçait dans un communiqué de presse qu’elle engagerait un recours administratif contre les régions qui ne répondaient pas à leurs obligations légales de financement des formations publiques en masso-kinésithérapie. 

La région Pays De La Loire s’est enfin saisie de cette problématique et a revu sa  politique de financement afin de lutter contre la précarité des apprenants. 

Les étudiants de l’institut public de Laval payaient jusqu’à maintenant 2800 euros par an leur formation, et 7000 euros par an pour ceux engagés dans un emploi étudiant ou en reconversion professionnelle. Le 18 décembre 2019, suite au vote des budgets primitifs, la région Pays de la Loire a annoncé l’annulation effective des coûts de formation des étudiants éligibles dans l’institut public de Laval dès la rentrée 2020 : ils passeront alors à frais universitaires, soit 170€ par an. 

Cette suppression des frais s’accompagnera également d’une meilleure prise en charge des indemnités kilométriques de stage, ainsi que d’une revalorisation des bourses de stage. Ces deux mesures augmenteront ainsi le pouvoir d’achat des étudiants d’en moyenne 700€ par an.

Il s’agit d’une première victoire historique dans la lutte contre les frais de scolarité illégaux grâce à la coopération de la région Pays de la Loire et de ses élus ! 

A la question « Qu’est ce que cela changera pour vous de passer de 2800€ à 170€ de frais de scolarité par an? » Jean* nous a répondu « Beaucoup de choses ! Vivre déjà ! Ça m’évitera de sauter des repas. »

La FNEK et le RAPLIKE saluent cet engagement politique fort de la région Pays de la Loire. Nous resterons toutefois attentifs à la bonne application de cette décision, et continuerons à défendre les étudiants non éligibles (étudiants engagés dans un CDI, passerelles, extra-communautaires, et sportifs de haut niveau), ainsi que les étudiants de l’IFMK privé à but non lucratif de Nantes. 

De plus, la FNEK poursuivra ses démarches envers les régions refusant de résoudre l’illégalité des frais pratiqués. A ce titre, un recours administratif sera bientôt déposé contre la région Bretagne.

*pour conserver son anonymat le prénom de l’étudiant a été modifié.